Actualités - Dans le diocèse

Téléthon 2018 : pèlerinage de la Solidarité !



Ils étaient près de 800 enfants et jeunes à se retrouver ce vendredi 7 décembre à 8 h à l’école St Joseph de Cluny de Saint-Claude pour ce grand rassemblement en faveur de la recherche contre les myopathies et toutes les maladies génétiques. Se joignait à ce magnifique groupe, une centaine d’encadrants (enseignants, parents, grand-parents, pompiers, croix-rouge, sécurité, bénévoles de tous services…etc…) pour faire que cette rencontre s’enchaîne parfaitement.

Joie, solidarité et générosité étaient le leitmotiv de ce périple intergénérationnel menant tout le monde de Saint-Claude à Basse-Terre. Et c’est dans un excellent esprit de famille que s’est déroulée la manifestation qui regroupait de nombreux enfants des écoles et collèges de l’enseignement catholique de la Basse-Terre, mais aussi une classe du lycée de Versailles, quelques étudiants de l’université de St Claude (département multi-média).

 

    


Les ont rejoint de nombreuses classes des écoles publiques du secteur : Matouba, Saint-Claude, IME de Galéan… etc… dépassant tous les clivages c’est dans un excellent esprit de partage et de solidarité que le départ a été donné à 9 h par Elie Califer, maire de St Claude, assisté de son adjointe dynamique Daniella, du représentant du Père Thierry Saint-Clair directeur diocésain de l’enseignement catholique, et des chefs d’établissement des nombreuses écoles représentées. Mme Lamy, directrice de l’école de St Claude, et Mme Nicole Bethy responsable du projet Telethon, ont eu à cœur d’accueillir tout le monde chaleureusement au point de départ.
 

   


Il fallait voir tout ce monde déambuler joyeusement de Saint-Claude à Basse-Terre (place Gerty Archimède en bord de mer) au son de la musique, du rythme et de la bonne humeur. Les maternelles devant, puis le primaire, le collège et enfin le lycée… chacun du plus petit au plus grand, ayant à cœur de clamer cet appel à la générosité de tous afin d’aider la recherche à venir à bout de ces maladies entraînant souffrances et handicaps.

   


   


Tout avait été prévu : eau, sucre, réconfort… par les organisateurs pour, à chaque étape (Saint-Phy Desmarais, square Rotin, rue Victor Hugues, Champ d’Arbaud, bd Maritime), que les plus faibles se restaurent et tiennent bon ! Et une sono dynamique avec les meilleurs refrains semait l’entrain au passage de tous ! Et le public au fur et à mesure du parcours se faisait de plus en plus nombreux et encourageant !

« Générosité et Solidarité sont les deux faces d’une même médaille appelée Justice ! »comme aimait le rappeler Gérard Lauriette (dit Papa Yaya) dans ses magnifiques écrits sur l’éducation.


Jean-Marie Gauthier

 
 
  
TEMOIGNAGES
 
« Chaque année nous participons à cette manifestation, l’occasion pour nos écoliers de travailler le thème fédérateur du handicap, de l’entraide ; et de bannir l’exclusion ! » (Mme Kancel, directrice de l’école Jeanne d’Arc)

« Un de mes amis est myopathe ! c’est pour lui que je veux marcher ! pour qu’il trouve autour de lui entraide et réconfort. »  (Claude C., IME de Galéan)

« Je suis à l’université de St-Claude, en licence multi-média. Je travaille la communication, et ce genre de manifestation doit générer l’unité et la compréhension de tous les hommes. Je veux travailler à cela. » (Alexandre T.)

« Enseignante à la retraite, et mère de famille, je veux continuer de casser les barrières qu’il y a entre les générations, surtout quand c’est pour le bien de tous les enfants et tous les jeunes qui sont comme nos propres enfants ! » (Alice A.)

« Une manifestation comme ça qui a un tel retentissement au niveau national, demande beaucoup de préparation et de coordination pour qu’elle se déroule au mieux, dans toutes les sections où elle se déroule. Toutes les bonnes volontés s’y mettent et il y a un croisement des compétences et des services ; c’est dans le joie, la concorde et la bonne humeur qu’on peut ainsi faire tomber les barrières ! » (Nicole Bethy)

« J’aime organiser des voyages linguistiques à l’étranger (c’est tellement valorisant pour nos élèves) ; j’aime aussi les relier à la réalité plus immédiate qu’est la Route du Rhum par exemple (et à travers elle progresser dans l’écologie) ; le sport et l’art sont des vecteurs qui favorisent aussi la concorde et l’entente inter-génération (je pense à l’inauguration de l’orgue de la cathédrale de Basse-Terre qui aura lieu bientôt) ; une manifestation pleine d’humanité comme aujourd’hui (qui permet de prendre conscience du handicap et de la maladie) doit être valorisée aussi : on la prépare en classe en amont, pour qu’en aval elle porte du fruit ! » (Mme Tolésinga, professeur d’anglais en lycée).

 
Au long du parcours on a composé un acrostiche  que nous dédions à toutes les familles :

T             comme Témoins de la concorde, de l’entraide et de la solidarité
E             comme Etoile, savoir suivre sa bonne étoile
L              comme Liberté, la vraie liberté doit savoir préserver celle des autres
E             comme Espérance, pour que la recherche aboutisse pour vaincre les maladies
T             comme Toi (moi) ou Tendresse (a dit une amie dans la classe)
H             comme Héros, héros de la solidarité, du courage et de l’effort
O            comme Oui, à la paix !
N            comme Noël !

 

(Xavier et Olivier Landres, élèves en primaire à l’Immaculée de Versailles)

Questions liturgiques

Pourquoi aller à la messe le Dimanche ?

Nous ne devons pas oublier que la foi, c’est une relation vivante avec Dieu. Comme toute relation, elle se doit d’être nourrie régulièrement, autrement elle s’endort et même elle se sclérose.

Lire la suite...