PAROISSES

Sainte Barbe célébrée à la Cathédrale


Y avait-il le feu à la Cathédrale de Basse-Terre ce dimanche 10  décembre 2017 ?
  
 En effet, des camions de pompiers se trouvaient devant la Cathédrale. A une date proche de la Sainte  Barbe (05 Décembre), les pompiers de la région de BASSE-TERRE ont tenu à fêter, ce 2ème dimanche de l’Avent  leur patronne : Sainte  Barbe, surnommée aussi « la Sainte du Feu ».

     

Les hommes du feu firent preuve d’une discipline exemplaire : ils avancèrent dans l’allée centrale de la Cathédrale et déposèrent leur casque protecteur sur les marches du sanctuaire.
   Nous étions heureux ce matin d’accueillir les pompiers,  de fêter la Sainte Barbe,  et de découvrir la vraie spiritualité, la vraie vie de Sainte Barbe.

  
 

Au Père Gérard, durant son homélie, de rappeler la richesse des légendes entourant  Sainte Barbe, martyr de la foi.
 «  Quand le  feu se déclare, l’heure est grave, les dangers sont bien présents. Souvent on s’impatiente  de voir qu’ils ne sont pas encore arrivés.  
    Je vous parle de choses vécues, avec l’incendie du presbytère du bourg de Vieux-Habitants en février 2016, alors que j’étais prisonnier de ce feu, à l’intérieur durant un temps que j’ai trouvé long.
   Aux gens qui ont tout perdu dans des incendies, nous portons à tous nos prières.  Parfois, comme dans la première lecture de ce dimanche, «  tout est à reconstruire »…
    Dans l’Evangile, Jean Baptiste dit de préparer la venue de Jésus car il proclame un baptême de conversion pour le pardon des péchés. Il dit aussi qu’il vous baptisera dans l’Esprit Saint et le feu. Ce feu signifie l’action de Dieu qui purifie.
     Cette messe est l’occasion d’en savoir plus sur Sainte Barbe : autrefois appelée Barbara. Elle avait découvert les livres saints. Cela n’a pas été apprécié par sa famille païenne.   Son père, cruel et violent l’enferma dans une tour pour l’empêcher de  rencontrer des chrétiens qui l’auraient confirmé dans sa foi et sa volonté de se consacrer à Dieu. Elle insista pour se faire baptiser.
     Enfermée dans la tour, son père y mis le feu mais elle réussit à s’échapper. Barbe s’échappant du feu, manifesterait sa sainteté et sa pureté.

    Dans le cœur du baptisé, ce feu intérieur est celui de l’Amour du Seigneur et l’Amour des autres.  Il est la chose qui habite chacun de nous, qui  pousse à la générosité, au don de soi et au service. » 

 

    Le Père Gérard termina son homélie avec les propos suivants :
« Chers Pompiers,n’oubliez jamais que le courage, la persévérance dans votre métier, vous pouvez les avoir et les maintenir conduisant à la source des sources que  l’on appelle Dieu : en le priant, en écoutant régulièrement sa Parole et en la méditant.
    Sans vous rendre compte, vous allez grandir dans l’Amour du Seigneur, dans l’Amour des autres. Vous êtes appelés à servir, à sauver.
  Aussi, conscients de cet Amour, n’hésitez pas de vous engager dans un service d’Eglise.
   Aux pompiers hommes, cette messe animée par le « Chœur d’Hommes de  Baillif », donnera le goût à certains de s’engager dans des services de l’Eglise : « Légliz a légliz a fanm tou sèl sé légliz a tout moun … Bondié ka Konté si zot »

 



 

En fin de messe, ils se retrouvèrent tous dans  le sanctuaire pour  « la prière du Pompier » en hommage de leur patronne. Puis, après avoir béni leurs matériels de travail, les soldats du feu reçurent à leur tour la bénédiction du Père Gérard.
Durant le chant d’envoi,  une photo souvenir sur les marches du sanctuaire fut prise avec le Père Gérard qui semblait être très heureux. En effet, il  avait dit auparavant  que  cette « messe des pompiers »  lui permettait d’approfondir sa foi, de découvrir la vie de Sainte Barbe .
 

 

Mési Bondié pou tou sa ou ka fè pou nou
 
    Jean-Marie PEZERON



Questions liturgiques

Pourquoi aller à la messe le Dimanche ?

Nous ne devons pas oublier que la foi, c’est une relation vivante avec Dieu. Comme toute relation, elle se doit d’être nourrie régulièrement, autrement elle s’endort et même elle se sclérose.

Lire la suite...