Articles

Journée Mondiale des pauvres : « Crier, répondre, libérer »

 


Ces trois verbes, tirés du message du Pape François, pour la journée mondiale des pauvres, ont été déclinés admirablement dans la paroisse du Sacré-Cœur à Pointe-à-Pitre ce dimanche 18 novembre. Il y avait foule en effet depuis le matin jusqu’au soir pour accueillir tous les « laissés pour compte » de la ville qui étaient tous cordialement invités et qui ont répondu présents.

Dès 7 h 30 le petit déjeuner était servi à tous les arrivants par les enfants et les jeunes de la catéchèse de 4eme.

A la messe de 8 h 30, la crypte était comble et une ambiance fervente a régné tout au long de la célébration. Plusieurs personnes dans l’errance ont pu faire les lectures, croiser la prière des fidèles, les animateurs veillant à l’accueil authentique et au respect de tous. L’émotion a gagné tous les cœurs quand, lors de l’action de grâce, le témoignage écrit par une femme en prison a pu être lu pour toute l’assemblée.  


A partir de midi ambiance festive dans la grande salle et la cour de la paroisse où des chapiteaux avaient été disposés et une décoration dynamique par les enfants et les jeunes de la catéchèse de 3eme invitait tout le monde pour le déjeuner… magnifique ! Enfants, jeunes, familles, personnes isolées, vieillards se pressaient dans la bonne humeur et la cordialité. Père André Dénécy et Père Serge Plaucoste avaient un mot chaleureux pour tout le monde… et tous les bénévoles de la paroisse, du Secours Catholique, de Saint Vincent de Paul et de Misyon Lari qui avaient préparé le repas, le servaient et s’empressaient à mettre tout le monde à l’aise… « Cette solidarité m’a remis debout l’an dernier avec Père Paul-Antoine ; et depuis à petits pas je remonte la pente et je suis tellement content de me retrouver là, car il y règne une amitié et une compréhension vraie ! » affirme Victor, dit Paulo, grand jeune de Misyon Lari.

Après-midi de chants, danses, jeux, échanges dans une ambiance familiale réconfortante… Ce sont ainsi plus de trois cents personnes qui se sont retrouvées pour vivre cette journée voulue par le pape François, et qui permet à tous les chrétiens d’apporter leur pierre à l’édifice.

  


« J’aime cette ambiance où nous nous reconnaissons tous humains, différents, mais solidaires et respectueux les uns des autres. Un engagement à prendre, que ce ne soit pas qu’une journée dans l’année, mais que la sollicitation de cette journée mondiale des pauvres nous interpelle tous les jours de l’année et nous pousse à changer nos regards et nos comportements en vérité et à nous engager ! Ce matin j’étais à la commission Justice et Paix à St Luc de Baimbridge ; et ce midi au Sacré-Cœur. Tout est lié !» affirmait Jean-Claude Siba, artisan à Baillif et père de famille.

On sait qu’aux Abymes, à Bouillante… et sans doute dans d’autres paroisses, ces rencontres ont permis de vrais temps forts de solidarité entre familles, entre jeunes, intergénérationnels et permettant aux barrières sociales de tomber. « La foi vécue dans le concret, on ne doit pas oublier ça » disait une sœur.

Jean-Marie Gauthier



Questions liturgiques

Pourquoi aller à la messe le Dimanche ?

Nous ne devons pas oublier que la foi, c’est une relation vivante avec Dieu. Comme toute relation, elle se doit d’être nourrie régulièrement, autrement elle s’endort et même elle se sclérose.

Lire la suite...